L'abus d'alcool est dangereux pour la santé. A consommer avec modération.

  • téléchargement
  • Wix Twitter page

2, Rue de Fecht 68150 OSTHEIM

ALSACE - FRANCE

09 82 35 02 91

vins.jerome.francois@gmail.com

Philosophie

Charte de qualité

«Une ferme répond à sa vocation la plus haute quand elle peut être saisie comme une sorte d’individualité en soit, une individualité vraiment centrée en elle-même. Et toute ferme devrait en fait tendre vers cet état. Il n’est pas possible de l’atteindre totalement ; mais elle doit tendre vers l’état d’une individualité centrée en elle-même. C’est à dire qu’il faut se donner les moyens d’avoir tout ce dont on a besoin pour la production au sein même de la ferme, dont le cheptel fait évidemment partie intégrante. Au fond, tous les fertilisants et autres produits similaires introduits de l’extérieur devraient être considérés, dans un domaine où l’organisation serait idéale, comme des remèdes pour une ferme tombée malade».
Rudolf Steiner

La Terre

Les sols du domaine sont travaillés au cheval durant 4 mois, de mi-Mars à mi-Juin. Tout engin lourd est exclu. La traction animale a un réel intérêt agronomique et énergétique. En effet, utiliser un cheval dans les vignes évite de troubler considérablement les strates, qui composent la texture des sols et la vie organique qui y sont liées, par le passage régulier des tracteurs.

 

Dans un sol lourd, compact et asphyxié, il est impossible pour la vigne de s’enraciner en profondeur. De plus, le corps du cheval apporte une énergie qui se mêle à celui de la vigne. Une synergie se créée entre la plante et l’animal. Faire travailler un cheval dans ses vignes, c’est influer directement sur la vitalité de la vigne.

 

Après les vendanges et selon les besoins de chacune des parcelles, nous épandons un compost qui provient exclusivement du fumier des animaux présents sur le domaine. Les préparations biodynamiques 502 à 507 lui sont ajoutées.

 

De l'été jusqu'à la fin de l'hiver, le sol est totalement enherbé. En pleine saison, une fois que l'herbe est arrivée à maturité, celle-ci est coupée à la débroussailleuse à main ou couchée avec un rouleau afin de garder un sol humide et de limiter la concurrence entre les pieds de vignes.

 

Dans la période hivernale, un troupeau de moutons d’Ouessant se nourrissent de l'enherbement et le transforme en fumure, qui constitue un engrais naturel pour le sol et la vigne.

 

La Vigne

Dès le départ, Jérôme a fait le choix d'une viticulture saine et respectueuse de l'environnement en convertissant les parcelles du domaine en agriculture biologique. L’amélioration de l'activité organique et microbienne des sols est primordiale pour le respect des équilibres naturels. Pour cela, le domaine utilise des préparations biodynamiques telles que la bouse de corne dit 500 et la silice de corne dit 501 :

 

•    La bouse de corne s’adresse à la partie souterraine de la plante, à ses racines qui vont plonger plus profondément et verticalement dans la terre. Elle favorise le développement des mycorhizes qui relient la vigne à sa terre nourrissante et à sa roche-mère, là où le vin va trouver son identité.

 

•    La silice s’adresse à la partie aérienne de la plante. Elle permet aux feuilles une bonne assimilation de la lumière et elle facilite leur fonction chlorophyllienne par une meilleure photosynthèse.

 

Pour cela, les positions de la lune, du soleil et des planètes sont prises en compte en fonction des travaux.

 

Aucun rognage n’est effectué pour éviter tout stress à la vigne car la coupe de l'apex (bourgeon terminal) relance l'activité végétative, à une période où le processus fructifère devrait être soutenu.

 

Jérôme et son nouvel associé Yann utilisent des sélections massales pour les plants qui doivent remplacer les ceps manquants chaque année. Il n’y a aucun arrachage ni replantation, chaque vigne étant « comme un village » où doivent vivre ensemble « les enfants, les ados, les adultes et les vieillards ».

 

La densité de plantation doit être importante et doit mettre chaque cep en concurrence avec les ceps voisins afin de favoriser l'exploration racinaire.

 

L’utilisation de tisanes et décoctions de plantes doivent être choisies en fonction des besoins de chaque parcelle. De Janvier à fin-Mars la vigne est taillée, en Guyot Poussard, tout en respectant la santé et la vigueur de chaque cep.

En Cave

Les vendanges se font uniquement le matin à partir de 6h, jusqu'à 12h afin de préserver au maximum la fraicheur de chaque baie. La récolte des raisins se fait dans des caissettes de 20 kilos. Elle peut être effectuée en plusieurs passages pour être sur que chaque grappe de raisin ait la maturité optimale. Un tri sévère est donc imposé à toute l'équipe de vendangeurs. 

 

Un second tri est effectué à l'arrivée des caissettes au pressoir afin d'éliminer toutes les baies non saines et autres feuilles restantes. Le raisin est ensuite déversé dans un pressoir pneumatique. Cela permet un pressurage doux et progressif, entre 10 et 16h pour une légère macération. Les jus s'écoulent alors par gravité dans une cuve de débourbage. Le moût sera laissé en sédimentation pendant une dizaine d'heures afin d'éliminer les particules grossières (pépins, résidus de peau, etc.).

 

La fermentation alcoolique démarre grâce aux levures indigènes présentes dans la cave et sur la pellicule du raisin. La fermentation malo-lactique se fait naturellement si le vin en a besoin. Une fois les fermentations terminées, l'élevage sur lies totales va alors commencer. Il va durer entre 6 et 36 mois, en fonction de l’équilibre de chaque cuvée.

 

Les vins sont ensuite soutirés et mis en bouteilles sans aucun intrant. L'utilisation du soufre se limite aux vins avec des sucres restants, tout en diminuant au maximum les doses.


 

« Le progrès n'est que l'accomplissement d'une utopie » Oscar Wilde